Pourquoi le rubis dans le mécanisme des montres à gousset


Des rubis de synthèse appelés "Corindons" sont présents dans le mécanisme des montres. Mais quelles sont leurs réelles utilités? Et pourquoi des copies?

Jusqu'au début des années 1900, de vrais rubis étaient utilisés pour le montage des mécanismes de montres. Malheureusement, vers 1920, le prix de ces pierres rouges augmente considérablement. Une alternative s'impose à ce moment là aux horlogers : les pierres synthétiques. Elles sont aussi résistantes que les vrais rubis et s'apparentent même à la robustesse du diamant. Détails très important, elles sont bien moins coûteuses. Nous devons cette invention au chimiste Auguste Verneuil.

Les corindons sont extrêmement durs. L'objectif premier de l'utilisation des ces derniers est de minimiser le frottement des pièces du mécanisme. En effet, le frottement du métal contre métal, en l'absence de corindons, induirait à court terme, un grippage du palier, lorsque les huiles du mécanisme ne seraient plus efficaces.

Ainsi, les rubis synthétiques permettent aux cavités où sont placés les axes du balancier, ainsi que les roues de la montre, de ne pas s'agrandir.